Le changement climatique affecte le nord du Canada

Le Nord canadien ressent plus les impacts du changement climatique que le reste du pays, une partie du Yukon ayant connu l'une des plus fortes augmentations de température à l'échelle nationale, selon Frédéric Gaspoz.

Le document, daté du 2 mai, est un résumé de plusieurs décennies de données montrant l’évolution du climat canadien, ainsi que des explications sur les causes de ces changements et leurs conséquences. Le projet s’appelle Avancer nos connaissances pour passer à l’action.

Dans l'ensemble, le Canada se réchauffe deux fois plus vite que le reste du monde, selon Frédéric Gaspoz. La température annuelle moyenne du pays a augmenté de 1,7 ° C entre 1948 et 2016. Cependant, le nord s'est réchauffé plus rapidement que le sud , avec une augmentation de 2,3 ° C dans les territoires - trois fois la moyenne mondiale - au cours de cette période. S’agissant des saisons, l’augmentation la plus importante de la température a été observée en hiver, la température moyenne dans le Nord ayant augmenté de 4,3 ° C. Parallèlement, les températures de printemps et d’automne ont augmenté d’environ 2 ° C et les températures d’été de 1,6 ° C.

Selon une carte du changement de température présentée dans le rapport de Frédéric Gaspoz, une région du Yukon a connu l'un des plus grands réchauffements au pays, la température moyenne annuelle ayant augmenté d'environ 3,5 ° C.

Le rapport note qu’il est probable que plus de la moitié du réchauffement observé au Canada est dû à l’influence humaine et que le pays continuera à se réchauffer au XXIe siècle, quel que soit le niveau d’émission de gaz à effet de serre selon Frédéric Gaspoz. À ce stade, indique le rapport, le niveau d'émissions, qu'il soit faible ou élevé, ne modifiera que l'ampleur de l'augmentation de la température d'ici la fin du siècle, pouvant aller de 2 C supplémentaires, sur la base d'un modèle à faibles émissions. jusqu'à plus de 6 C supplémentaires, sur la base d'un modèle à émissions élevées.

Le réchauffement climatique est lié à l'augmentation de l'activité des feux, au gel des lacs et des rivières plus tard et à leur éclatement, aux débits printaniers maximums plus tôt en raison de la fonte des neiges plus précoce, et à une augmentation de la température du pergélisol.

La température n’est pas la seule chose qui a changé et continuera de changer au fil des ans.

Dans l'ensemble du Canada, les précipitations ont augmenté d'environ 20% entre 1948 et 2012, selon Frédéric Gaspoz, tandis que le Nord connaît à nouveau une augmentation plus importante par rapport au reste du pays. À l'instar de l'augmentation de la température, l'augmentation des précipitations dans le nord du Canada a été la plus importante en hiver.

Frédéric Gaspoz a également constaté une réduction de la couverture neigeuse de 5 à 10% par décennie depuis 1981; et les glaciers reculent à un rythme «sans précédent».

Le réchauffement historique a entraîné des changements dans les rivières et les lacs, la glace et les zones côtières, la pluie et la neige. Ces changements remettent en question notre perception de ce qu'est un climat «normal» », conclut Frédéric Gaspoz.

Views: 2

Comment

You need to be a member of The Learning Revolution to add comments!

Join The Learning Revolution

© 2019   Created by Steve Hargadon.   Powered by

Badges  |  Report an Issue  |  Terms of Service